La Recherche N.552 - Comprendre Alzheimer

La Recherche (Auteur principal)

Livre | Format : Revue, Journal | Editeur : LA RECHERCHE | Date de parution : 27/09/2019

Non disponible

Alerte dispo

Alerte dispo

Non disponible

Alerte dispo

Alerte dispo


Résumé

Mes pensées sont des papillons. Eveleen Valadon, une femme âgée de 80 ans, diagnostiquée Alzheimer depuis quatre ans, a ainsi témoigné de son quotidien dans ce livre paru en 2017. Elle a tenté de faire comprendre de l'intérieur la fragilité et l'hypersensibilité qui submergent un malade quand il a le sentiment d'être ici sans être là, quand il n'est jamais sûr de vivre dans le réel. Elle se révoltait pour que l'on cesse de considérer les malades d'Alzheimer comme « des gens un peu débiles, complètement fous ou retombés en enfance ». « Pour le médecin, le sujet dément n'est en aucun cas un sujet qui déraisonne ou qui est devenu "fou". C'est la perte d'autonomie de la personne qui définit la démence en médecine », souligne, dans un ouvrage récent, le neurologue Bruno Dubois, directeur de l'Institut de la mémoire et de la maladie d'Alzheimer, à la Pitié-Salpêtrière, à Paris. Au cours de l'entretien qu'il nous a accordé, il précise les symptômes et les caractéristiques biologiques de la maladie. Le praticien explique également sur quoi repose le diagnostic. Alzheimer est une pathologie complexe, multifactorielle, où se combinent des facteurs génétiques et environnementaux. Selon lui, la solution thérapeutique passera par des essais les plus précoces possible, et même avant les symptômes. Mais comment savoir si une personne développera la maladie ? Comment relever ce défi ? Les médecins se tournent vers les recherches en informatique. Olivier Colliot, coresponsable de l'équipe Aramis, au sein de l'Institut du cerveau et de la moelle épinière, à Paris, met au point des algorithmes prédictifs. « Pour le moment, nous ne sommes pas au maximum de performance, car les études incluent entre 500 et 1 000 patients seulement, ce qui n'est pas suffisant [pour entraîner les algorithmes]. » Mais cela peut vite progresser : la collecte des données médicales s'organise et s'intensifie.Sur le plan biologique, le mécanisme de la progression de la maladie est de mieux en mieux connu. Deux protéines anormales, délétères - la protéine tau et le peptide bêta-amyloïde - s'accumulent et déstabilisent le fonctionnement des neurones. Les deux phénomènes se rencontrent : les plaques amyloïdes provoquent la propagation des dégénérescences neurofibrillaires dues à la protéine tau. Ils démarrent dans une zone du cortex proche de l'hippocampe, puis s'étendent à d'autres régions corticales. Si le scénario de la maladie se dessine, il n'existe toujours aucun moyen de le stopper. Les malades ne disposent pas de traitements efficaces pour arrêter ou réduire les troubles cognitifs. Ils ont été régulièrement douchés par les résultats négatifs d'études qui laissaient espérer l'arrivée prochaine de médicaments. La complexité de la maladie défie encore la communauté scientifique et médicale.Pourtant, des recherches importantes ont été réalisées au cours de ces dernières années. Les principales mutations génétiques responsables des formes familiales ont été identifiées. Les généticiens ont caractérisé une cinquantaine des variants génétiques susceptibles de conduire à la maladie. Une vingtaine de plus devraient être déterminés d'ici la fin de l'année. En parallèle, les biologistes décortiquent de mieux en mieux les mécanismes moléculaires dans les neurones. De nouvelles pistes s'ouvrent. Les travaux sont si foisonnants que le dossier que nous vous proposons est loin d'être exhaustif.Et aussi :Entretien. Gérard Mourou : "Bombarder les déchets radioactifs, un projet qui me tient à coeur" Prix Nobel de physique 2018 avec la Canadienne Donna Strickland, Gérard Mourou est l'inventeur d'une technique laser qui a fait florès : l'amplification par dérive de fréquence. Les lasers de puissance l'utilisent aujourd'hui pour des applications qui vont de la chirurgie oculaire à l'accélération de particules. Actualités. Découverte du crâne d'un ancêtre de Lucy. La découverte d'un magnifique crâne de 3,8 millions d'années en Éthiopie dévoile les traits d'Australopithecus anamensis et prouve que différents groupes d'hominines ont pu cohabiter.Livre. Apocalypse now ? Une ambiance de fin du monde dans la science-fiction.

Détails

Plus d’information
EAN 3663322103674
ISBN 3663322103674
Contributeurs La Recherche (Auteur principal)
Format Revue, Journal
Support Non
Nombre de pages 98
Éditeur LA RECHERCHE
Collection La recherche
Largeur 20 cm
Longueur 27 cm
Épaisseur 2 mm
Poids 0.184 kg
Impression à la demande Non
Saga La Recherche
Catégories Livres, Jeux et vulgarisation scientifiques, Revues médicales, Histoire des sciences

Avis

Rédigez votre propre commentaire
Seuls les utilisateurs sauvegardés peuvent soumettre leur avis. Veuillez vous connecter ou créer un compte